image007

Chat sert toujours

En vente actuellement en rayon de presse.

image003

DOSSIER / Croquettes et pâtées pour chat,

tous les aliments ne sont pas au poil

  • 24 références d’aliments testées

Face à sa gamelle, votre chat n’a pas toujours l’occasion de ronronner de plaisir. Tous les aliments industriels, qu’ils soient secs ou humides, ne se valent pas. Certains peuvent même nuire à sa santé.

  • Bien le nourrir pour mieux le protéger

Tout au long de sa vie, le chat peut souffrir de différentes pathologies. Certaines peuvent être aggravées ou au contraire améliorées par l’alimentation. Nourriture sèche ou humide, petits plats maison… Dans tous les cas, des règles et des précautions s’imposent.

Tout est question de qualité nutritionnelle et de quantité servie, mais aussi de certaines conditions sur lesquelles les maîtres ne sont pas forcément au point.

Chat sert toujours

L’endroit où mon chat prend ses repas a une importance.

VRAI. Il doit absolument se sentir en sécurité, donc dans un lieu tranquille, pas un endroit de passage. Le chat étant extrêmement sensible aux odeurs, sa gamelle doit être propre et éloignée le plus possible de sa litière.

Je peux laisser de la nourriture en permanence, mon chat sait se réguler.

VRAI et FAUX. Comme ses ancêtres sauvages, le chat domestique fractionne ses prises alimentaires et peut faire de dix à vingt repas quotidiens, de jour comme de nuit. Seulement, tout est question de quantité et d’apport énergétique.

C’est pâtée ou croquettes, mais jamais les deux en alternance.

FAUX. La plupart des vétérinaires conseillent désormais la binutrition (mixed-feeding, en anglais). Par exemple, un petit pochon d’aliments humides le matin et le soir, et dans la journée une dizaine de grammes de croquettes en libre-service.

C’est bien de changer régulièrement de variétés pour sa nourriture.

FAUX. Rien ne l’impose. En revanche, que le chat soit habitué à varier les plaisirs présente l’avantage de ne pas risquer de lui donner au quotidien un aliment aux piètres qualités nutritionnelles, et ainsi d’éviter des carences ou des problèmes liés à la digestion. Par exemple, un chat nourri de croquettes fabriquées avec beaucoup de carcasses et très peu de viande sera facilement constipé et peut risquer une occlusion intestinale. Mais attention, un chat prend vite goût à la variété des repas et risque de snober sa nourriture si les menus variés cessent !

 

image005

Le goût est primordial pour qu’il apprécie un aliment.

FAUX. Ce qui fait aller le chat vers un aliment, c’est d’abord son odeur – il est cent fois plus réceptif aux odeurs que nous, alors que ses papilles gustatives sont bien moins développées. La température de l’aliment a aussi son importance. À servir de préférence proche de sa température corporelle (38 °C) – comme les proies dans la nature – ou à température ambiante. Un léger réchauffement peut favoriser la prise alimentaire chez certains félins. Le chat choisira ensuite un aliment pour sa facilité de préhension, sa texture et, bien sûr, son goût.

Carnivore, le chat ne peut pas être allergique à des protéines animales.

FAUX. En plus de pouvoir souffrir d’intolérances alimentaires, comme avec l’amidon que contiennent les croquettes ou le lactose, le chat peut être allergique à certaines protéines (bœuf, volaille…). Les symptômes : des troubles cutanés (il se gratte la face, le cou, le ventre), des rougeurs sur la peau, de la diarrhée… Il faut consulter le vétérinaire qui instaurera un régime dit d’évitement pour déterminer l’origine de l’allergie.

Le fait de se frotter ou de miauler près de la cuisine signifie qu’il a faim.

VRAI et FAUX. Vocalises et frottements sont souvent interprétés comme des appels à la nourriture, alors que ce n’est pas forcément le cas. Du coup, le maître donne à manger, et le cercle vicieux commence. Le chat associe l’attitude de son maître à une récompense pour sa recherche d’attention, et c’est parti…

 

image006

S’il y a plusieurs chats dans le foyer, chacun doit avoir sa gamelle.

FAUX. À l’inverse de chez les chiens, le repas n’est pas une valeur sociale et le chat n’est pas soumis aux règles hiérarchiques. Il demeure un chasseur solitaire et peut partager sa gamelle. Toutefois, deux chats d’un même foyer peuvent ne pas avoir les mêmes besoins (selon leur âge, d’éventuels problèmes de santé…).

Certains chats ont des difficultés avec certaines formes de croquettes.

VRAI. Pour les chats à la gueule écrasée, comme les persans, l’exercice peut être délicat : s’ils préfèrent certaines croquettes à d’autres, c’est peut-être en raison de leur forme, pas de leur goût.

Les croquettes pour chaton ne servent à rien.

FAUX. Jusqu’à la fin de sa croissance – à neuf mois environ –, le chaton a besoin d’une alimentation très riche en protéines et en matières grasses, comme la femelle gestante ou allaitante. Attention, nourriture plus riche ne signifie pas double ration !